|     | 

Radars


Description

Le 25 juillet 2015, le projet de loi portant création d’un système de contrôle automatisé des infractions routières a été voté unaniment à la Chambre des Députés. Le ministre a rappelé que la lutte contre l’insécurité routière est  « une des grandes priorités du Gouvernement ». Le bilan des accidents routiers de ces dernières années révèle que la vitesse constitue la principale cause présumée des accidents. En 2014, 48% des accidents mortels sont dus à une vitesse inappropriée et 55% des points retirés suite à un excès de vitesse.

À cette fin, le groupe de travail « audit de sécurité » qui réunit tous les acteurs et experts concernés - Administration des ponts et chaussées (présidence), MDDI, Ministère de l’Environnement, Ministère de l’Intérieur, Police grand-ducale, Parquet général, ACL, Sécurité routière asbl, AVR et CFC, en collaboration avec un bureau d’études, a reçu pour mission d’identifier, sur base d’une analyse approfondie de l’accidentologie, les endroits dangereux sur le réseau routier luxembourgeois pour y installer, le cas échéant, des radars, à condition de la faisabilité technique. En tout, 105 sites potentiels ont été proposés par le groupe de travail. Les sites finalement retenus par ces experts ont été définis selon une méthodologie prenant en compte trois critères principaux : le nombre d’accidents corporels, la gravité des accidents et les vitesses pratiquées sur le tronçon.

Il s’agit d’un contrôle automatisé des infractions routières sans interception des véhicules. À cette fin, trois systèmes sont envisagés :

  • un système d’appareils fixes implantés dans des cabines le long des axes routiers ; 
  • un système d’appareils mobiles, embarqués dans des véhicules pour sécuriser le réseau non couvert ;
  • un système d’appareils dit « de parcours » qui mesure la vitesse moyenne sur une distance donnée et un système d’appareils « feux rouges ».

Dans une première phase (2016), il est prévu d’installer 26 dispositifs de contrôle, à savoir une répartition entre 20 équipements fixes et 6 équipements embarqués.

Tous les véhicules, sans distinction quant à leur pays d’immatriculation, sont concernés. Cette égalité de traitement joue également pour les véhicules de société, de service et de location.


Objectifs

L’objectif poursuivi par le gouvernement dans le cadre de la mise en place du système CSA au Luxembourg est d’améliorer la sécurité routière, en ce sens que le système CSA est censé permettre d’effectuer des contrôles en particulier à des endroits dangereux où actuellement aucun contrôle ne peut être organisé par les forces de l’ordre vu la configuration des lieux. Dans cet ordre d’idées, il est prévu que les appareils de contrôle automatiques sont installés sur des sites dont le choix a fait l’objet d’examens attentifs. « Il s’agit de parer à ce phénomène de masse qu’est devenu l’excès de vitesse. Les radars seront implantés pour sauver des vies », a précisé François Bausch.


Etat actuel

En date du 3 février 2016, la phase test des premiers radars fixes au Luxembourg a commencé. Elle visait le calibrage des appareils et l'encryptage des données. Elle a terminé fin février. Tous les tests, y compris la date et l’heure de leur exécution, étaient affichés sur le site internet de l’Administration des ponts et chaussées. Pendant la période de test, toutes les données ont immédiatement été supprimées. Aucun avertissement taxé ou procès-verbal ne s’en suivaient pendant cette période de test.

Sur chacun des dix premiers sites, les tests ont été réalisés avec un flash visible de couleur rouge. Des bandeaux amovibles indiquant « test en cours » ont signalé la présence des radars lors de la journée du test, une centaine de mètres avant les sites respectifs.

Toutes les photos prises lors des tests ont été supprimées après le test ou au plus tard quarante-huit heures après avoir été prises.

Les radars aux endroits suivants ont été testés et ensuite mis en service au mois d'avril:

  • Dorscheiderhäuschen, Hoscheid - Marnach
  • Lipperscheid-Dellt
  • Brouch - Reckange
  • Oberpallen - Beckerich
  • Schlammestee, Hesperange – Frisange
  • Échangeur Ettelbruck/Ingeldorf - A7
  • Heiderscheidergrund - Heiderscheid
  • Merl
  • Roost
  • Waldhof – Gonderange

Les radars aux endroits suivants sont mis en service au mois de mai:

  • Kopstal - Schoenfels
  • Stegen
  • Oetrange - Bous
  • Welfrange
  • Hëttermillen
  • Bascharage - Helfent
  • Windhof - Garnich
  • Wallendorf Pont - Bollendorf Pont
  • Emeschbach Wincrange - Asselborn
  • A Wann Steinheim - Rosport

Prochaines étapes

Les dix premiers radars sont entrés en service le 16 mars 2016. Les dix prochains radars ont été installés en mars/avril et ont été mis en service en mai 2016. Pour l’année 2017, dix radars fixes supplémentaires sont prévus, tandis que l’étude en vue de la mise en place de radars tronçon et feux rouges sera finalisée.

Que font les radars fixes?

Les radars fixes mesurent la vitesse dans les deux sens de circulation sur un maximum de 3 voies. Ils sont équipés de façon à faire la distinction entre deux catégories de véhicules (véhicules légers tels que voitures particulières/motocycles et poids lourds) selon leur vitesse respective autorisée sur le tronçon en question. Ils prennent des photos de l’avant et de l’arrière d’un véhicule en infraction, de sa plaque d’immatriculation et de son conducteur.

La photo est enregistrée et envoyée par réseau au Centre de traitement où les agents de la Police procèdent à la constatation de l’infraction et une identification du titulaire du certificat d’immatriculation. L’avertissement taxé est ensuite envoyé par voie postale.

Quels délits seront poursuivis sur la base des photos prises par les radars?

Les radars actuels mesurent uniquement la vitesse. Le texte de loi prévoit cependant la possibilité de sanctionner l'inobservation d'un feu rouge, le non-respect des distances de sécurité et la circulation sur des voies réservées à d'autres usages, dans une deuxième phase.

Est-ce que des panneaux annonceront la présence d’un radar ?

Les radars fixes sont annoncés par un panneau de pré-signalisation; les radars mobiles ne sont pas annoncés.

radar-article

Est-ce que les radars mobiles sont en service 7 jours sur 7, 24h sur 24 ?

A l’instar des contrôles de vitesse mises en place jusqu’à présent, les radars mobiles peuvent être employés par la Police à tout moment.

Avec quelles marges de tolérance est calculée la vitesse prise en compte par les radars fixes?

Le cinémomètre doit indiquer les vitesses mesurées dans les limites d'une marge de tolérance qui est de 3 km/h en plus ou en moins, lorsque la vitesse mesurée se situe entre 25 et 100 km/h, et qui est de 3 % en plus ou en moins, lorsque la vitesse mesurée dépasse 100 km/h. Par exemple : limitation de vitesse à 90 km/h >> marge de tolérance à 93 km/h incluse ou bien limitation de vitesse à 130 km/h >> marge de tolérance à 134 km/h incluse.

Quelles sont les conséquences pénales en cas de vandalisme ?

Sera puni d'un emprisonnement de huit jours à un an et d'une amende de 251 euros à 5.000 euros, quiconque aura détruit, abattu, mutilé ou dégradé des objets destinés à l'utilité publique.


 

Pour toutes informations relatives à la poursuite des infractions, veuillez consulter le site www.police.public.lu


Affiche-02-fr-article

 

Une campagne de sensibilisation en collaboration avec La Sécurité Routière ASBL en deux vagues (octobre 2015 et mars  2016) contribue à la sensibilisation des conducteurs résidents et non résidents. Elle est véhiculée par des panneaux routiers, un spot TV et cinéma, des annonces print, des affiches sur les ascenseurs dans les parkings publics et des bannières sur différents sites internet.


Informations complémentaires


Audio et vidéo

Vidéo

Spot TV (LU)

 Spot TV (LU)