|     | 

Environnement


Protection de la nature

La politique de protection de l’environnement naturel s’oriente prioritairement selon les objectifs du plan national concernant la protection de la nature (PNPN). Il sera procédé à une révision du PNPN avec l’ensemble des acteurs, tout en tenant compte de l’état actuel de la biodiversité et des écosystèmes. Le PNPN sera en concordance avec les objectifs définis dans la stratégie «Biodiversité 2020» de l’Union européenne. Cette stratégie englobe la mise en oeuvre des plans d’action «espèces» et  «habitats», le rétablissement des écosystèmes et de leurs services, la défragmentation des paysages, un meilleur suivi des indicateurs, une accélération de la mise en place des différentes zones de protection et de leur gestion, la protection par l’achat d’espaces naturels protégés de grande valeur, l’amélioration de l’information et de la communication sur les aspects de la protection de la nature envers tous les acteurs concernés (communes, agriculteurs, citoyens etc).

Le partenariat entre l’Etat et les communes sera renforcé. Ainsi, une organisation décentralisée de la protection de la nature sera soutenue en complétant le réseau des stations biologiques sur tout le territoire, afin que les communes et les acteurs locaux, tels que les associations de protection de la nature et de l’environnement, puissent donner leur contribution en vue d’un bon état de conservation des espèces et habitats.

La mise en réseau de forêts en libre évolution sera poursuivie avec comme objectif le classement de 2500 ha de forêts en libre évolution.

Il semble évident que la protection et la valorisation de l’environnement naturel soient étroitement liées à la politique agraire. Afin de concilier protection de la nature et agriculture, le ministère du Développement durable coopère avec le ministère de l’Agriculture à ce que les programmes «biodiversité» et agrienvironnementaux soient adaptés et coordonnés dans le but d’assurer la cohérence du Programme de développement rural (PDR) 2014-2020 avec les objectifs du PNPN.

L’enquête publique relative  aux plans directeurs sectoriels,  dont le plan directeur sectoriel « paysages » (PSP), a été lancée le 27 juin 2014. Parallèlement, les communes ont été saisies pour donner leur avis sur le projet de plan endéans un délai de 4 mois. A la fin de la procédure, qui comprendra encore une déclaration à la Chambre des députés, ainsi que la saisine du Conseil d’Etat, le PSP sera déclaré obligatoire par règlement grand-ducal.

Sur le plan légal, priorité sera donnée à une révision du projet de loi concernant la protection de la nature. Le texte subira quelques modifications ponctuelles, en ce qui concerne la constitution et la gestion des réserves foncières dans un fonds de compensation écologique pour les mesures compensatoires.

Protection de l’environnement humain

En matière de lutte contre le bruit, le département  procédera à une révision des plans d’action de lutte contre le bruit sur base de la version la plus récente de la cartographie stratégique sur le bruit dans le cadre de la directive 2002/49/CE relative à l'évaluation et à la gestion du bruit dans l'environnement.

La politique en matière de déchets  s’inscrit  dans l’exécution de la loi du 21 mars 2012 relative aux déchets. Une priorité importante sera donnée à la prévention des déchets notamment pour réduire l’utilisation des ressources. La prévention et la valorisation des déchets inertes seront développées davantage. Dans ces processus les synergies entre l’Etat et les communes seront renforcées.

En vue d’améliorer la qualité de l’air, la politique sera conduite afin d’atteindre les obligations résultant de la directive 2008/50/CE concernant la qualité de l’air ambiant et un air pur pour l’Europe ainsi que de la directive  2001/81/CE fixant des plafonds d'émission nationaux pour certains polluants atmosphériques. Il s’agira notamment d’élaborer et exécuter des plans d’action traitant les émissions des secteurs prédominants. 

La révision de la procédure d’autorisation des établissements classés sera poursuivie en vue d’adapter la nomenclature à l’évolution de la technique, de simplifier les procédures et de réduire les délais.

Protection du climat et efficacité énergétique

Pour faire face à la réalité incontestable du changement climatique, le département de l’environnement s’efforcera de mettre en œuvre rapidement le 2ème plan d’action de réduction des émissions de CO2, tout en le complétant par des actions et initiatives nouvelles.

L’amélioration de l’efficacité énergétique d’une part, et la promotion de l’énergie issue de sources renouvelables constitueront les fondements de la politique climatique luxembourgeoise et de la transition énergétique. Il s’agira d’encourager des mesures qui à la fois réduisent notre dépendance énergétique et sont créateurs de croissance et d’emploi, à l’image de l’assainissement énergétique des bâtiments existants ensemble avec le recours à des matériaux de construction écologiques. L’implication de tous les acteurs concernés – particuliers, entreprises et communes – sera renforcée.

Au niveau communautaire, le Luxembourg soutient un objectif contraignant de réduction des émissions de gaz à effet de serre de l’Union européenne d’au moins 40% à l’horizon 2030 par rapport à 1990. Cet objectif constituera la contribution de l’UE à l’accord mondial juridiquement contraignant pour la période post-2020 qui devra être finalisé fin 2015 à Paris.