|     | 
Imprimer cette page | Envoyer cette page par e-mail

Environnement


Protection du climat et efficience énergétique

Pour faire face à la réalité incontestable du changement climatique, le département élaborera le 2ième plan d’action de réduction des émissions de CO2 et préparera un plan national d’adaptation aux conséquences du changement climatique, notamment par voie du « partenariat pour l’environnement et le climat ». 

En vue d’une amélioration de l’efficacité énergétique et d’un renforcement du recours aux sources d’énergies renouvelables, il sera procédé à une augmentation progressive de la contribution changement climatique « Kyoto-cent » et les programmes d’aides pour l’achat de voitures émettant moins de CO2 seront poursuivis tout comme la promotion de l’utilisation d’appareils ménagers à faible consommation d’électricité (oekotopten).

Les régimes d’aides pour la promotion  des économies d’énergie et de l’utilisation des sources d’énergies renouvelables, notamment pour l’assainissement énergétique des bâtiments existants, seront poursuivis et réagencés.

En concertation avec le département des Travaux publics, seront élaborés des plans d’assainissement annuels en vue de la rénovation énergétique des bâtiments publics.

Pour satisfaire aux objectifs européens relatifs à la part des énergies renouvelables dans la consommation d’énergie, il sera élaboré un plan d’action en matière de sources d’énergie renouvelables. 

Protection de la nature

La politique de protection de l’environnement naturel s’oriente prioritairement selon les objectifs du plan national concernant la protection de la nature, cela notamment par la mise en œuvre conséquente des plans d’action « espèces » et « habitats », l’introduction d’un système de compensation écologique (bonus écologique) et la création d’une réserve foncière de surfaces pouvant servir à la mise en œuvre de mesures compensatoires, la finalisation du cadastre des biotopes et la mise en place d’un monitoring de la biodiversité.

Le partenariat entre l’Etat et les communes sera renforcé avec comme objectif d’atteindre une couverture nationale par des stations biologiques.

La mise en réseau de forêts en libre évolution sera poursuivie avec comme objectif de classer 2500 ha de forêts en « libre évolution ».

Les programmes coopératifs avec l’agriculture seront continués, notamment en examinant, ensemble avec les services du Ministère de l’Agriculture, la possibilité d’une réforme écologique de la prime à l’entretien de l’espace.

En coopération avec les administrations concernées, le département réalisera des concepts d’aménagements écologiques dans le cadre de la création de lotissements, de zones d’activités et de parkings, tout comme il sera procédé à l’entretien extensif des zones de verdure le long des routes et sur les espaces publics.  

L’avant-projet du plan sectoriel « grands ensembles paysagers et massifs forestiers d’un intérêt particulier » sera finalisé.

Le réseau des centres d’accueil sera progressivement étendu (Haff Réimech, Mamerdall et Mellerdall) et une stratégie d’ensemble sera développée.

Sur le plan légal, priorité sera donnée à une réforme de l’article 17 de la loi concernant la protection de la nature. 

Protection de l’environnement humain

En matière de lutte contre le bruit, le département  procédera à une mise en œuvre systématique des plans d’action de lutte contre le bruit.

La politique en matière de déchets s’oriente prioritairement selon les obligations découlant de la directive 2008/93/CE relative aux déchets et les principes du développement durable. Plus particulièrement, le plan général de gestion des déchets sera mis en oeuvre, et les synergies entre l’Etat et les communes renforcées.

En vue d’améliorer la qualité de l’air, la politique sera conduite selon les obligations résultant de la directive 2008/50/CE concernant la qualité de l’air ambiant et un air pur pour l’Europe, notamment par la révision et l’adaptation des réseaux de mesures et des structures de communication des résultats.

La révision de la procédure d’autorisation des établissements classés sera poursuivie en vue d’adapter la nomenclature à l’évolution de la technique, de simplifier les procédures et de réduire les délais.