|     | 

Le transport


La montée des émissions de CO2 au Luxembourg est pour la plus grande partie due à l’augmentation des émissions dans le secteur des transports (hausse d’environ 175 % entre 1990 et 2005).

En parallèle, la croissance économique moyenne de 5 à 6 % par an entraînait un accroissement annuel d’environ 10 000 emplois, essentiellement dans l’agglomération de la Ville de Luxembourg.

PNDD Il en résulte un important volume de transport entre l’espace urbain et l’espace rural.  Les frontaliers (140 000) effectuent leurs déplacements journaliers entre le domicile et le lieu de travail à 85 % en voiture privée; le trajet moyen s’élève environ au triple de la distance parcourue par les habitants moyens. Pour cette raison aussi, le volume de transport n’a cessé d’augmenter.

Dû à un niveau de vie élevé, la situation au cœur d’une des régions les plus densément peuplées d’Europe et de nombreux échanges avec les pays voisins, l’intensité du transport de personnes est plus importante que la moyenne.

Avec près de 400 000 véhicules à moteur, le taux de motorisation du pays occupe une position très élevée dans l’Union européenne. Par contre, les transports en commun nationaux ne représentent qu’une proportion de 16 %, et en tenant compte des transports transfrontaliers, ce pourcentage s’élève à seulement 12 % (2002). La montée du volume de transport est donc étroitement liée à la croissance économique au Luxembourg.

Un découplage de ces deux évolutions représente un grand défi pour le développement durable du Luxembourg et doit être effectué par une infrastructure de transport respectueuse de l’environnement ainsi qu’un développement efficace de l’aménagement du territoire.

On estime que 75 % du carburant vendu au Luxembourg sont exportés, en raison des prix moins élevés par rapport à l’étranger. Étant donné que les émissions produites à l’étranger sont attribuées au Luxembourg, leur taux actuel d’environ 45 % a un effet particulièrement négatif sur le bilan climatique du Luxembourg.

Afin de réduire cette évolution en matière d’exportation de carburant, il convient d’aligner les prix du carburant progressivement sur ceux des pays voisins.