|     | 

L'évolution démographique


Une faiblesse du marché du travail luxembourgeois est constituée par le taux d’occupation relativement faible des salariés plus âgés. Le taux d’emploi moyen des 15 à 64 ans n’a guère changé ces dernières années et varie entre 61 % (salariés nationaux) et 67 % (salariés résidant à l’étranger).

En 2006, le taux d’emploi des 55 à 64 ans s’élevait à environ 33 % de la population pour cette classe d’âge (ressortissants nationaux environ 28 %, étrangers environ 43 %, hommes environ 39 %, femmes environ 28 %).

Pour ce qui est du régime des pensions du secteur privé (régime général des pensions), l’âge de départ à la retraite pour la retraite anticipée est d’environ 61 ans pour les femmes et d’environ 63 ans pour les hommes. En ce qui concerne les pensions d’invalidité, les valeurs correspondantes sont nettement inférieures : environ 50 ans pour les femmes et environ 51 ans pour les hommes.

PNDD

À ce jour, les personnes plus âgées jouent un rôle économique important en tant que salariés, consommateurs et contribuables ; ils soutiennent des systèmes efficients de protection sociale et des pensions.

Le Luxembourg, caractérisé, d’une part, par une population vieillissante et, d’autre part, par un nombre relativement bas de salariés plus âgés, se trouve confronté à des défis importants, puisque cette situation met en danger le financement à long terme des pensions appropriées pour le nombre croissant de retraités.

L’augmentation du nombre des salariés plus âgés pourrait dès lors avoir des conséquences positives sur toutes les politiques et générations.

Cela est considéré comme une condition préalable fondamentale pour la création de plus et de meilleurs emplois ainsi que pour garantir une meilleure cohésion sociale (égalité des retraites, des genres et des générations).