|     | 

La cohérence politique


Par une politique cohérente, il faut entendre une politique caractérisée par la coordination au niveau gouvernemental, mais également par la coordination entre l’État et les communes, resp.les régions limitrophes et avec la société civile, ainsi que par la mise en œuvre et l’organisation de la politique européenne.

Au Luxembourg, cette coordination fonctionne de manière exemplaire dans certains domaines ; dans d’autres domaines, la concertation se situe jusqu’à présent clairement en-dessous du standard européen. Ici des délimitations bureaucratiques et des processus administratifs formalisés conduisent à un double emploi et à des initiatives contradictoires.

La coopération avec la société civile peut également être améliorée. En ce qui concerne la concertation avec les communes, la concertation sur les objectifs, les instruments et le recours aux moyens ne sont pas satisfaisants. Plutôt que d’adopter des mesures isolées créatives, il faudrait p. ex. une réforme d’ensemble des finances communales.

Un déficit en politique et en compétence se manifeste également de manière préjudiciable lors de la mise en œuvre des stratégies de développement durable.

En plus, il manque une coordination institutionnelle regroupant les aspects sociopolitiques (p. ex. un processus de concertation régulier au niveau gouvernemental). La transmission du concept de durabilité et les approches et processus administratifs qui en résultent méritent un effort renforcé.

Sur la base de l’interconnexion du Luxembourg avec les régions limitrophes, la concertation ne pourra pas uniquement se limiter aux processus administratifs et décisionnels internes.

Une collaboration renforcée avec les régions limitrophes et des décisions de planification adaptées (p. ex. la planification territoriale) sont nécessaires pour mieux compenser les avantages et inconvénients du développement prévu des régions frontalières.